Une maison dominicaine

« La rencontre nous est essentielle. Rencontrer c’est accepter de sortir de soi, de sortir de sa zone de confort, de ce qui nous est familier. Rencontrer c’est se rendre disponible à accueillir l’imprévu en étant curieux de l’autre. Que l’on puisse dire de chacune de nos communautés, de chacune et chacun d’entre nous, ce que l’on disait de sainte Catherine de Sienne : « Personne ne sortait d’auprès d’elle sans se sentir meilleur ».

Sœur Marie-Laure DENES, o.p, prieure de la CRSD

LA TUTELLE DE LA CONGREGATION ROMAINE DE SAINT-DOMINIQUE (CRSD)

  • 10 groupes scolaires de la CRSD en France (maternelle, collège, lycée, post-bac).
  • La CRSD fait partie de l’Association Educative Dominicaine (AEDOM) qui compte 70 unités scolaires.
  • L’ordre des prêcheurs, « les Dominicains », est présent dans 110 pays.

 « La tutelle de la Congrégation Romaine de Saint Dominique (CRSD) veille à ce que le charisme de Saint Dominique, basé sur l’esprit de partage, de liberté, de respect de l’autre, de vérité et de miséricorde soit bien vécu par tous ; et qu’à travers un travail concerté à tous les niveaux, chacun puisse s’épanouir et donner le meilleur de lui-même, qu’il soit élève ou membre de la communauté éducative, à quelque titre que ce soit. Soyons tous ensemble, familles et communauté éducative, attentifs les uns aux autres dans l’écoute fraternelle, le respect dû à chacun et dans la confiance réciproque. » Chantal MORIN, déléguée de Tutelle.

LE PROJET EDUCATIF DE LA CONGREGATION ROMAINE DE SAINT DOMINIQUE (CRSD)

  1. EVANGELISATION ET HUMANISATION

Dans le contexte des XIIème et XIIIème siècles, alors que des chrétiens cherchaient à mépriser et fuir le monde présenté comme mauvais et impur, saint Dominique annonce un Dieu proche qui s’est fait Homme en Jésus et une vie humaine appelée à la liberté, à la beauté et habitée par l’espérance ; dans une Eglise alors marquée par la richesse, le pouvoir, et qui cherche à imposer la foi, saint Dominique pratique une prédication nouvelle : itinérante (c’est lui qui se déplace à la rencontre des autres), et pauvre, jamais seul mais à deux, proposant le dialogue, le témoignage, et non la force.

De là résulteront l’organisation scolaire et matérielle, les enseignements académiques, les activités pédagogiques, éducatives et pastorales comme autant de domaines où seront vécues ensemble humanisation et évangélisation.

  1. LES CHARISMES DE L’ETUDE ET DE LA FRATERNITE
  • Le charisme de l’étude

« L’étude, c’est cette confiance faite à l’égard de l’intelligence et la mise en œuvre de l’intelligence dans toutes les réalités de la vie. L’étude, c’est une disposition à mettre en œuvre son intelligence bienveillante partout : dans l’écoute et l’étude de la Parole de Dieu, dans le regard porté sur notre monde, dans la compréhension des situations humaines. » (Fr Eric de Clermont-Tonnerre, op)

  • Le charisme de la fraternité

A la suite de saint Dominique, nous voulons porter sur le monde et nos contemporains un regard d’espérance et d’engagement pour une vie plus fraternelle, et pour cela, être ajustés au besoin de notre temps.

  1. UNE INTENTION DE VERITE ET DE MISERICORDE SUSCITANT LA LIBERTE 

Dans notre action éducative, nous avons à chercher l’équilibre entre la vérité et la miséricorde : chercher à être intègre dans nos pensées et nos actes, à reconnaître et dire avec lucidité la réalité des choses, tout en gardant l’élan de notre cœur vers le cœur de l’autre, sans l’enfermer dans notre jugement et en lui offrant notre confiance pour qu’il puisse donner le meilleur de lui-même.

Assumer et vivre cette tension fait grandir en liberté nos communautés éducatives : les jeunes étant conduits sur leur chemin d’adulte responsable, les adultes étant considérés comme les acteurs à part entière de l’avenir de nos établissements.

Et c’est à la joie de travailler ensemble qu’on reconnaîtra la véritable contribution de chacune, de chacun, à cette œuvre éducative commune.

  1. LES EXIGENCES DE JUSTICE ET DE PAIX 
  • La recherche du  consensus

Une décision, même si elle est assumée par celui ou celle qui en porte la responsabilité, s’élabore. L’échange, le dialogue, sont alors la recherche d’un consensus actif en tant que recherche du bien commun à toute la communauté éducative.

  • Le principe de subsidiarité 

Dans notre tradition dominicaine, la hiérarchie est restreinte : tout en assumant sa responsabilité propre et entière, elle accepte de laisser la main et de ne pas se substituer. La hiérarchie se situe résolument dans la confiance.

  • L’acceptation de l’erreur 

L’erreur n’est pas à confondre avec la faute. L’erreur, si elle est assumée, fait partie de la recherche de la justice et de la vérité ; elle peut même en être une étape. Elle doit donc non être sanctionnée mais corrigée ; elle sera alors utile aux équipes afin de trouver des solutions ajustées au bien des personnes.

NOTRE PROJECT EDUCATIF DOMINICAIN FAIT APPEL A TOUTES LES POSSIBILITES DE L’ENFANT :

  • la créativité,
  • le sens de la recherche,
  • le désir et plaisir d’apprendre.

Aujourd’hui, mettre ses enfants dans une école et un collège animés par l’esprit de Saint Dominique, c’est accepter :

  • qu’on les aide à découvrir que l’Amour, la Miséricorde de Dieu donnent un sens à leur vie ;
  • qu’on les aide à développer leur personnalité pour qu’ils soient des adultes solides demain ;
  • de vivre dans un climat évangélique, d’accueil et de respect de tous ;
  • d’avoir confiance dans le coeur et dans l’intelligence de l’homme ;
  • un esprit de simplicité, d’humilité et de joie.

A découvrir dans le livret de l’AEDOM :

  • la vie de Saint Dominique (1170-1221),
  • les grandes saintes et grands saints dominicains,
  • la famille dominicaine,
  • l’esprit de Saint Dominique,
  • les établissements dominicains en France,
  • éduquer à la manière dominicaine.

Le livret de l’Association Educative Dominicaine AEDOM

Le livret de l’Association Educative Dominicaine AEDOM

L’éditorial

Les 10 + de St-Do

Organisation

L’histoire de l’Institut

Nos associations

Page d’accueil