L’Institut Saint-Dominique, situé au 44 de la rue Verte à Rouen, a vu le jour sous un autre nom en 1924.

La communauté des soeurs dominicaines a pris la succession du « Cours LEVY », petit établissement dirigé par Mademoiselle Alice LEVY. Très vite, il fallut chercher un bâtiment plus conséquent qui permettrait d’accueillir des élèves en plus grand nombre et de loger quelques internes.

Les religieuses firent alors l’acquisition de la propriété actuelle qui comprenait seulement, outre la maison principale, le logement du gardien de l’entrée et le pavillon où se trouvent actuellement une salle de classe, l’infirmerie et l’atelier de technologie. Au fil des années, on vit successivement la construction du bâtiment qui contient la chapelle, puis l’achat d’une partie du terrain des franciscains voisins (à la cour de récréation), la construction du bâtiment surmontant le grand préau, l’achat du terrain des maternelles, la construction de préfabriqués pour les classes maternelles, tout cela s’étalant sur une période d’une quarantaine d’années.
 

 

Dès le début, le nouveau pensionnat sera dénommé « Cours Sainte-Marguerite », du nom de la Prieure Générale de l’époque. Il gardera cette appellation jusqu’en 1951, date à laquelle il fut décidé que toutes les maisons d’éducation de France gérées par la congrégation, porteraient le nom de « Saint Dominique ».

Au Cours Ste-Marguerite, l’éducation de la Foi par la catéchèse et la pratique de la vie sacramentelle étaient le but poursuivi avant tout autre. Le travail était sérieux, la discipline était stricte mais bien supportée dans un climat de confiance.

La tourmente de la guerre fit émigrer les élèves et quelques soeurs durant une année scolaire à Saint-Jean du Cardonnay, dans le château mis aimablement à leur disposition par la Princesse de Polignac.

Après la guerre, l’Institut Saint-Dominique, animé par une communauté religieuse nombreuse et dynamique et un corps professoral convaincu, poursuivit son développement, s’adaptant aux différentes réformes pédagogiques tant pour la catéchèse que pour les programmes d’étude.

A la rentrée de 1969, les impératifs de la carte scolaire amènent d’importants changements dans la structure de l’établissement. Un regroupement se fait entre les trois établissements de filles qu’étaient : l’Institution REY, les COURS NOTRE-DAME et l’INSTITUT SAINT-DOMINIQUE. Les lycéennes sont regroupées à l’Institution REY, tandis que les COURS NOTRE-DAME et SAINT-DOMINIQUE accueillent les élèves du primaire et du collège de l’Institution REY.

En 1981, la communauté religieuse s’étant considérablement réduite en nombre au fil des années, l’établissement passe sous une direction laïque, mais les nouvelles directrices tiennent à lui conserver son caractère dominicain. L’établissement est toujours sous la Tutelle de la Congrégation Dominicaine d’origine : la C.R.S.D. (Congrégation Romaine de Saint Dominique).

Dans les années 80, la mixité se met peu à peu en place, d’abord progressivement en primaire puis en collège. D’abord fragile (petit nombre de garçons), la mixité est maintenant bien assurée.