Ce sont des pensionnaires un peu particuliers qui ont pris place à la bibliothèque lundi dernier. En franchissant la porte de la BCD du primaire, vous pourriez faire de curieuses rencontres: deux loups et quelques louveteaux, le petit chaperon rouge, un panier de galettes… Le loup est en effet le thème de l’exposition annuelle de Ghislaine Catel.

Chaque classe de maternelle et de primaire passe découvrir l’anatomie, la vie en meute et les particularités de cet animal fascinant.

La visite commence par l’anatomie. Saviez-vous que le loup a 42 dents et nous seulement 32 ? La louve dominante (la seule à se reproduire) porte 2 mois et donne naissance à des louveteaux d’environ 500 grammes (soit 2 plaquettes de beurre). Le loup voit à 250 degrés (180 degrés pour nous) mais ne voit pas très bien de loin. Il entend 2 fois mieux que l’homme et peut parcourir la distance Rouen-Dieppe d’une seule traite. Saviez-vous que les loups marchent en file indienne, mettant leurs pas dans ceux du loup précédent ? Il est ainsi presque impossible de deviner si on a affaire à un loup seul ou à une meute.

Ghislaine poursuit l’exposé par les habitudes de la meute. On découvre ainsi que les loups ne se battent que par nécessité sauf lorsqu’un jeune loup veut prendre la tête du clan (être le loup alpha). Les deux loups exposés viennent du Canada. Ils nous ont été généreusement prêtés par le Muséum d’histoire naturelle du Havre ainsi qu’un CD qui permet aux enfants d’écouter le chant du loup.

Cap sur le vocabulaire puisque Ghislaine a recensé pas moins de 18 expressions comprenant le mot loup.

L’exposé se termine sur « le loup, roi de l’adaptation » … qui sait aussi s’adapter à la fantaisie des auteurs puisque Ghislaine, outre les traditionnels contes sur le loup, prête aussi une large collection de contes détournés où le loup a le rôle du gentil. Vient ensuite le moment tant attendu de l’histoire …

La BCD sera ouverte jeudi soir de 16h20 à 17h à tous ceux qui voudront voir les deux loups naturalisés de plus près. Ils reprendront le chemin du Musée d’histoire naturelle du Havre dès le lendemain.